C’pas toi, c’est moi

J’ressens vraiment le besoin de m’excuser auprès de toi, parce que tu mérites forcément mieux, pis que l’problème c’pas toi, c’est moi. Ça sera toujours moi.

J’suis désolée. Pour tout. Pour ce que tu sais et pour ce que tu sais pas de mon passé. Parce que ça me hante encore même si j’te dis que j’en ai rien à foutre. Parce que ça m’arrive encore de me réveiller en pleurs parce que la réalité m’frappe en pleine face que j’dois tout recommencer à zéro.

Faut que tu comprennes que j’veux faire partie de ta vie, j’veux tout connaître de ton univers, même si je l’sais que j’y vais souvent un pas par en avant, deux pas en arrière, mais en bout de ligne j’suis là. J’ai juste peur, ma vie est contrôlée par cette maudite peur-là d’être encore blessée. J’te demande juste de la patience envers moi, oui, juste ça. Ça va durer qu’un temps ça, les insécures. T’es différent de lui pis j’le vois. J’te demande juste le temps de m’réparer pis d’apprendre à m’faire confiance à nouveau.

J’suis désolée de refuser ton amour, aussi réelle soit-il par peur de r’tomber là dedans. J’ai la chienne de l’amour pis l’coeur magané par les mensonges et les fausses illusions. J’pu capable. Pis j’mexcuse de ne pas être capable de t’faire entièrement confiance même si tu me donnes toutes les raisons possible d’y arriver. J’te l’dis donne-moi juste du temps.

Tu comprendras probablement jamais pourquoi j’panique quand tu veux m’présenter à ta famille ou tes amis. C’pas que j’suis gênée, c’est que plus que tu m’fais entrer dans ta vie, plus j’mattache à toi. Pis ça, ça m’fait peur. Parce que j’mattache pas à moitié quand il s’agit d’amour. Faque quand c’est le temps, je fige pis j’ai l’réflexe de m’refermer sur moi-même et de refuser toute communication. C’est juste un bouclier que j’me fais, t’en fais pas, j’veux les rencontrer.

Je l’sais j’suis selfish, malgré tout j’veux quand même pas qu’tu partes. Parce qu’en arrière de la tonne d’insécurités, y’a un coeur. Pis c’te cœur-là t’aimes en mautadit.

Abandonne-moi pas, j’vais t’montrer que j’peux t’aimer comme personne t’as jamais aimé avant. J’peux t’montrer à quoi ça ressemble une belle histoire d’amour. J’vais t’prouver qu’on peut aimer même après avoir touché l’fond. Mais pour l’instant, serre-moi fort dans tes bras et dis-moi que tout va bien aller. Que t’es là pis que t’es pas prêt de partir. C’est juste ça dont j’ai besoin.

Publicités

6 commentaires sur “C’pas toi, c’est moi

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :