I love/hate you.

Parce que j’essaie de t’oublier t’sais, pis j’me rends compte que ce genre de choses-là prennent du temps. Plus que j’pensais.

J’ai passé par toutes les émotions pour ne pas ressentir ce vide que j’ai depuis que t’es parti. Je t’ai détesté tellement fort que j’en ai eu mal, j’ai crié à qui veut l’entendre que t’étais un ci et un ça. Mais faut j’me rende à l’évidence, tu me manques.

Pis j’me rends folle à t’imaginer rire avec elle et parler de tout et de rien comme on le faisait toi et moi. Ça me rend dingue de savoir que c’est elle qui fait afficher ton sourire seulement qu’avec sa présence.

J’ai peur de ma solitude, parce qu’elle me ramène à toi. Elle me ramène à mes pensées qui me torturent et qui m’empêche de dormir. J’aimerais que ça s’arrête, le mal, la peine, la souffrance. Je veux que tu reviennes, mais j’veux que tu sois loin. J’veux te serrer dans mes bras, mais j’sais que j’suis mieux sans toi.

J’ai tellement mal si tu savais, de jours en jours j’en apprends un peu plus sur toi. Je croyais être la personne qui te connaissais par coeur, ton âme soeur, ta femme de ta vie comme tu me disais. C’est honteux de savoir que j’ai cru à ça. Encore plus d’avoir pensé que t’étais une autre personne.

Tu m’as abusé, pas de mon corps, mais de mon être. T’as joué dans ma tête, me faisant croire que j’étais une moins que rien et que j’étais un monstre. J’ai fait des choix qui n’étaient pas les meilleurs, je l’admets, parce que je l’sais que d’aller dans d’autre bras pendant que tu m’attends à la maison avec les tiens grand ouverts, ça se fait pas. Je le sais que ça t’a détruit.

Tu l’as dit toi-même j’suis pas une mauvaise personne, je fais juste des mauvais choix, alors pourquoi maintenant que c’est fini tu changes la version des faits? On reste les mêmes personne qui se sont aimés à s’en arracher le cœur, pourquoi me salir maintenant?

T’étais celui qui me faisait regarder les étoiles lorsque ma vue s’embrouillait par les larmes, t’étais le prince charmant, pourquoi maintenant t’es rempli de haine contre moi?

Je sais que ça te plaît de raconter l’histoire en la mettant à ton avantage, ça te rassure de savoir que tu n’est pas le seul à m’haïr à la fin.

Parce que dans l’fond c’est ça la game t’sais, tourner sa souffrance pour de la haine, comme ça ça fait moins mal. Te détester autant que tu me manques, c’est dangereux, mon gars. Pis tu veux pas ça.

Faut que mon orgueil de femme forte accepte que j’aille de la peine face à ça, mais j’veux pas. J’veux pas te laisser encore avoir une emprise sur moi même quand t’es parti.

J’vais m’en sortir, tu sauras. Pis j’vais être forte en maudit. La journée où je ne t’attendrai plus sera celle où tu comprendras que je suis quelqu’un sans toi. Ce jour-là j’aurai compris que dans l’histoire, c’est toi qui perd, pas moi.

Mais d’ici là, faut que j’laisse mon coeur brisé sortir sa peine et que j’accepte que c’est le genre de blessure qui prennent du temps à guérir. Ce qui veut dire que j’dois accepter ton départ même si je ne suis pas prête à te dire au revoir..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :